/ CINÉMA

Just watch me offre une salle de cinéma confortable avec un programme éclectique qui a pour intention de porter une réflexion sur des questions identitaires au Québec. Its occurrence is inspired of La Semaine d'information politique, a film programme organized in 1968 by the collective Fusion des Arts, active in Montreal in the late 1960s. Il y aura un film différent à découvrir chaque jour.

 

FIVE QUESTIONS OU PLUS SUR L'IDENTITÉ

By Kester Dyer and Romeo Gongora.

Le festival de cinéma La Semaine d'information politique (1968), fut marquant pour ses aspirations de conscientisation et de désir d’un monde meilleur. Presque cinquante ans plus tard, can we have the same desire? We stand for the active hope, we have selected several films released during the Quiet Revolution and today. Il s'agit de stimuler une réflexion par la comparaison entre les espoirs de cette époque et les défis de notre société actuelle. We have highlighted five themes that seem to address these primordial issues to which our society is confronted today.

 

À travers cette programmation, il s'agira de faire connaitre le panorama de production de cette période. To bring a greater awareness to the heritage of Quebec's cinema and cinematographers. Plus qu’un hommage, nous voulons donner vie à ces œuvres en les questionnant.  As of such, a series of informal discussions will take place every Saturday as to open dialogue. Venez prendre part à la discussion !

 

AFFIRMATION?                                                                            09/05 - 09/13 +Ce volet cherche à inciter une réflexion sur les choix radicaux auquel notre société est confrontée, leurs conséquences pour l’ensemble de la population, ainsi que sur les enjeux sociaux auxquels elle doit encore faire face. 09/05: République : un abécédaire populaire(Hugo Latulippe, 2011, 91 minutes)Affligé par la collusion entre ses élites politiques et les milieux d’affaires comme par une succession de gouvernements, le Québec connait une époque de grisaille politique invraisemblable. Répondant à l’invitation du cinéaste, 53 leaders se sont réunis au printemps 2011 avec l’intention de nous reformuler un projet de société. Indignés, drôles, cinglants, ils rapaillent un peu de cette énergie québécoise de tous les jours et composent l’abécédaire de la République du troisième millénaire. 09/06: 24 heures ou plus(Gilles Groulx, 1973/1977, 114 minutes)Pamphlet cinématographique réalisé par Gilles Groulx à un moment de fièvre populaire exceptionnelle au Québec, quelques mois après le front commun des trois syndicats québécois les plus importants (CSN, FTQ, CEQ) face au gouvernement québécois. Œuvre personnelle et militante d'un cinéaste québécois engagé, sa philosophie s’oppose à la « société de consommation » perçue comme la suprême incarnation du mal. (ONF)+ Discussion avec Jean-Marc Piotte le 6 septembre de 14h-17h 09/10: Le mépris n'aura qu'un temps(Arthur Lamothe, 1970, 95 minutes)À travers le décès tragique d'un travailleur sur un chantier de construction de Montréal, le cinéaste parle des « morts » physique, psychologique et sociale de l’ouvrier québécois découlant de ses conditions de travail et de sa dépossession. Produit par la CSN, au diapason de l’époque mouvementée du début des années 1970, soutenu par les images du génial Guy Borremans, ce film politique témoigne de la pratique cinématographique militante de Lamothe, qui comme toujours aura su mêler révolte et bienveillance. (Fabrice Montal)Cliquer pour plus d'informations sur Arthur Lamothe.+ Discussion avec Nathalie Gressin le 10 septembre à 17h10 09/11: Le révolutionnaire (Jean-Pierre Lefebvre, 1965, 74 minutes)Arrivent dans une ferme une douzaine de jeunes hommes qui viennent se préparer pour apprendre l’histoire du Québec et faire la révolution. Le chef du commando est troublé par une jeune femme supposée fuir son mari et découverte tout près. Il délaisse son peloton. Accidents et malentendus dans l’entraînement qui suit font que les révolutionnaires s’entre-tuent. Alors qu’un ministre du gouvernement du Canada vient le décorer en tant que héros national, le chef lui-même est tué. La mystérieuse jeune femme restant seule, elle fuit cette campagne. 09/12: Un pays sans bon sens, ou wake up mes bons amis !!!(Pierre Perrault, 1970, 117 minutes)Film-essai sur une question cruciale : la notion d'appartenance à un pays. L'action ici se déroule dans le contexte d'une nation qui se cherche : les Canadiens français, et d'autres peuples sans pays : les Indiens du Québec, les Bretons de France. Et voilà la question fondamentale posée : quels sont les peuples « viables » dont la « maturité » leur permet de « se donner » l'autonomie et le territoire? Et quel est le milieu qu'un peuple puisse appeler « son pays »? 09/13: Action: The October Crisis of 1970(Robin Spry, 1973, 87 minutes)This feature-length documentary looks at those desperate days of October 1970 when Montreal awaited the outcome of FLQ terrorist acts. Using news reports and clips from the time, the film reflects upon the October Crisis and reveals the relief, dismay and defiance people felt when the Canadian army stepped in.+ Discussion with Ezra Winton, Septembre 13th from 2-5PMAU-DELÀ DES FRONTIÈRES?                                                 09/13 - 09/20 +Ce volet est axé vers une réflexion sur la richesse culturelle et politique amenée par les échanges et la solidarité entre différents groupes, sur la diversité et sur notre regard vers le monde. 09/17: Il n'y a pas d'oubli(Jorge Fajardo, Rodrigo Gonzalez, Marilù Mallet, 1975)Ce film, composé de trois volets réalisés chacun par un jeune cinéaste chilien contraint de fuir son pays, il est question de la difficile condition d'exilés dans le contexte politico-social du Québec. Le premier volet, J'explique certaines choses, nous montre plus précisément le mode de vie d'un groupe de Chiliens. Dans Lentement, le deuxième volet, nous est posé, le problème de l'intégration à un nouveau milieu social. Enfin Jours de fer (Steel Blues), est un cruel rappel de la dure condition de l'homme déraciné. (ONF) 09/18: La richesse des autres(Maurice Bulbulian et Michel Gauthier, 1973, 94 minutes)Long métrage documentaire sur le travail dans les mines. Ce film de combat social établit un parallèle entre l'exploitation des mineurs et des richesses minières du Québec et une situation analogue au Chili. Les injustices faites aux hommes et aux pays concernés sont décriées par René Lévesque comme par Salvador Allende. La parole a aussi été donnée aux mineurs eux-mêmes. 94 minutes de témoignages québécois et chiliens sur une situation que tous s'entendent à dénoncer. (ONF) 09/19: The Apprenticeship of Duddy Kravitz(Ted Kotcheff, 1974, 120 minutes)The younger son of a working-class Jewish family in Montreal, Duddy Kravitz yearns to make a name for himself in society. This film chronicles his short and dubious rise to power, as well as his changing relationships with family and friends. Along the way the film explores the themes of anti-semitism and the responsibilities which come with adulthood. (Isabel Piedmont) 09/20: You Don't Like The Truth: Four Days Inside Guantanamo(Patricio Henriquez et Luc Coté, 2010, 100 minutes)This documentary is based on security camera footage from the Guantanamo Bay Prison, of the interrogation by Canadian intelligence agents of child detainee Omar Khadr. This footge has not been seen before. Based on seven hours of footage recently declassified by the Canadian courts, this documentary delves into the game of cat and mouse between captor and captive, over a four-day period. Maintaining the surveillance camera style, this film analyzes the political, legal and scientific aspects of a forced dialogue. (TVO)+ Discussion avec Luc Coté et Patricio Henriquez le 20 septembre de 14h-17h.RÉVOLUTION SEXUELLE?                                                        09/21 - 09/27 +Cette semaine, la programmation tente d’ouvrir une réflexion sur la sexualité, la reconsidération de nos comportements patriarcaux et sur le lien entre ces thèmes et l'identité collective telle qu’exprimée par le cinéma. 09/24: L’arrache-coeur(Mireille Dansereau, 1979, 92 minutes)C'est l'histoire d'une peine d'amour entre une mère et sa fille. Une peine jamais exprimée, un affrontement qui éclate finalement lorsque l'enfant, devenue grande, se retrouve mère à son tour. Le film se joue à quatre personnages : Céline, son mari Michel, sa mère et son enfant. Le conflit entre Céline et sa mère affecte sérieusement sa relation avec Michel, à qui elle demande de jouer un rôle de mère. Il s'agit pour Céline de s'arracher de sa mère, afin de vivre sa vie de couple avec Michel et d'assumer son rôle de mère face à son enfant. (Élephant) 09/25: They Called Us "Les filles du Roy"(Anne Claire Poirier, 1974, 56 minutes)Structured as a love letter, this feature film is an impressionistic history of the women of Québec down through the ages: the Indian, the fille du Roy, the nun, the settler's wife, the soldier's wife, and, finally, today's woman. (NFB) 09/26: La Cuisine Rouge(Paule Baillargeon, 1980, 82 minutes)La cuisine rouge se passe en une seule journée et commence à la fin d'un mariage dans un bar topless désaffecté où doit avoir lieu une réception qui n'aura jamais lieu. Tandis que les hommes attendent que les femmes (serveuse, mère, épouse ou prostituée) viennent les servir, les femmes font la grève et piquent des crises de nerfs dans la cuisine avant de se réfugier dans la cour ensoleillée où elles apprennent souvent douloureusement à se connaître et à s'aimer. (Nathalie Petrowski) 09/27: Montreal Main(Frank Vitale, 1974, 88 minutes)Montreal Main is a drama directed by Frank Vitale. The film, highly controversial, tells the love story between a man of nearly thirty years and a boy of twelve.Cult for many this milky film on the chaotic love and bohemia has become emblematic of a youth who is not reflected in today's society. Rebellious or libertarian, Montreal Main has been extensively studied in North America. (C.H. Ramond)+ Discussion with Thomas Waugh, September 27th from 2-5PMPREMIÈRES NATIONS?                                                             09/28 - 10/04 +Il s’agit ici de mettre en évidence l’apport essentiel des cultures et des politiques autochtones ainsi que les obstacles auxquels la libre expression de cette perspective s’est souvent heurtée. 10/01: Rocks at Whiskey Trench(Alanis Obomsawin, 106 minutes) 10/02: Ntesi nana shepen 1-3(Arthur Lamothe, 63 min)Cliquer pour plus d'informations sur Arthur Lamothe. 10/03: You are on Indian Land(Paule Baillargeon, 1980, 82 minutes) 10/04: Blocus 138 – La resistance Innue(Réal Junior Leblanc, 7 minutes, Wapikoni)Nous sommes(Kevin Papatie, 3 minutes, Wapikoni)Nanapush et la tortue(Melissa Mollen Dupuis, 4 minutes, Wapikoni)+ Discussion avec Melissa Mollen Dupuis le 4 octobre de 14h-15hMONDES PARALLÈLES?                                                              10/05 - 10/11 +Pour la dernière semaine, la thématique cherche à souligner les espoirs des années 70 pour une société différente et meilleure, et de faire une comparaison avec notre contemporanéité afin d’alimenter une réflexion sur l’avenir. 10/08: Ô ou l’invisible enfant(Raôul Duguay, 1972, 66 minutes)En 1969, la femme avec laquelle je vivais a fait une fausse couche. Tentant de transcender ma douleur à la perte de mon enfant de chair, j'ai fabulé au point de créer un enfant purement spirituel et imaginaire : ô ou l'invisible enfant. Comme l'émerveillement est la faculté qui permet de jeter un pont entre le rêve et la réalité, je me suis mis à croire que j'étais l'enfant de Toulmond et que Toulmond était mon enfant. J'ai encore besoin d'y croire. Je regarde un enfant. Il s'émerveille devant une fleur. Je regarde l'homme moderne. Il s'ennuie de la liberté pure de son enfance. Et je pleure sur son regard. L'enfant est invisible en lui. (Raôul Duguay) 10/09: Montréal Blues(Pascal Gélinas, 1972, 99 minutes)Montréal Blues est une création collective conçue avec la troupe Le Grand Cirque Ordinaire. Le film témoigne des aspirations et tensions de la vie en collectif d'un groupe de jeunes marginaux qui  décident d'ouvrir un restaurant bio. 10/10: La nuit de la poésie 27 mars 1970(Jean-Claude Labrecque, Jean-Pierre Masse, 1970, 111 minutes)Le 27 mars 1970, treize des poètes contemporains les plus en vue du Québec se rassemblent au théâtre Gésu de Montréal pour une fête de la parole qui se déroulera toute la nuit devant un public fiévreux : Nicole Brossard, Paul Chamberland, Georges Dor, Raoul Duguay, Michel Garneau, Claude Gauvreau, Gérald Godin, Pauline Julien, Michèle Lalonde, Gatien Lapointe, Raymond Lévesque, Gaston Miron, Pierre Morency. (Télé-Québec) 10/11: Une semaine dans la vie de camarades(Jean Gagné et Serge Gagné, 1976-2013)Un road movie dont le voyage croise et prolonge les événements de la Rencontre internationale de la contre-culture en 1975 à Montréal. Le film est une enquête sur la situation sociale, artistique et politique du travail culturel au Québec. Il donne à entendre des acteurs de la contre-culture tel que Patrick Straram le Bison ravi, William Burroughs, Louis Geoffroy, Anne Waldman, Gilles Groulx, Pierrot le Fou Léger, Françoise Sullivan, Armand Vaillancourt, Raoul Duguay, Allen Ginsberg, le Jazz Libre du Québec, Plume Latraverse, le Grand Cirque Ordinaire, Léandre Bergeron et plusieurs autres.+ Discussion avec Jean Gagné, le 11 octobre de 14-15h 

/ archivesEn prenant connaissance du festival du cinéma intitulé Semaine d’information politique organisé, en 1968, par Fusion des Arts, Romeo Gongora a été intéressé par son questionnement social et identitaire. Il a contacté l’historien d’art Michel Roy qui lui a donné accès à ses archives contenant la programmation de ce festival et les articles qui l’ont commentée. Romeo Gongora a alors décidé de s’adjoindre la collaboration de Kester Dyer, un doctorant au Mel Hoppenheim School of Cinema de l’université Concordia. Ensemble, ils ont établi la programmation des films intitulée «Five Questions ou plus sur l’identité» qui fut inspiré par le titre du film »24 heures ou plus» de Gilles Groulx. Cherchant a soulever des débats actuels, les cinq questions étaient les suivantes : «Affirmation?», «Au-delà des frontières?», «Révolutions sexuelles?», «Premières Nations?» et «Mondes parallèles?». Chaque jour, un film différent était projeté en boucle. Et chaque samedi, une personne concernée par l’une des thématiques été invitée à établir le dialogue avec le public. <>x Fusion des arts, Programme de la Semaine Politique, 1968Fonds d’archives Michel Roy

24 HEURES OU PLUS

 

24 HEURES OU PLUS

(Gilles Groulx, 114 minutes)

 

 

 

DISCUSSION 6 SEPTEMBRE AVEC JEAN-MARC PIOTTE, SOCIOLOGUE.

YOU DON'T LIKE THE TRUTH:

FOUR DAYS INSIDE GUANTÁNAMO

YOU DON'T LIKE THE TRUTH: FOUR DAYS INSIDE GUANTÁNAMO

(Patricio Henriquez, Luc Coté,114 minutes)

 

 

 

DISCUSSION 20 SEPTEMBRE AVEC PATRICIO HENRIQUEZ ET LUC COTÉ.

 

NANAPUSH ET LA TORTUE

 

NANAPUSH ET LA TORTUE

(Melissa Mollen Dupuis, Wapikoni)

 

 

DISCUSSION 4 OCTOBRE AVEC MELISSA MOLLEN DUPUIS, DIRECTRICE.

 

ACTION:

THE OCTOBER CRISIS OF 1970

 

ACTION: THE OCTOBER CRISIS OF 1970

(Robrin Spry, 1973)

 

 

DISCUSSION 13 SEPTEMBRE WITH EZRA WINTON, CO-FOUNDER OF CINEMA POLITICA

 

MONTREAL MAIN

MONTREAL MAIN

(Frank Vitale, 1974, 88 minutes)

 

 

 

DISCUSSION 27 SEPTEMBRE AVEC THOMAS WAUGH

 

 

UNE SEMAINE

DANS LA VIE DE CAMARADES

 

LA COULEUR ENCERCLÉE

(Jean et Serge Gagné, 1984)

 

 

DISCUSSION 11 OCTOBRE AVEC JEAN GAGNÉ ET SERGE GAGNÉ, RÉALISATEURS.

An event produced and presented at the Leonard & Bina Ellen Art Gallery

Concordia University, from September 5 to October 11, 2014

Université Concordia, 1400, boul. de Maisonneuve Ouest, LB-165

Montréal (Québec) H3G  1M8

©JustWatchMe , 2014
Designed by Karolane Sigouin  _